• Vidéos sur le roi David,Salomon,la reine de Saba

     

     David et Salomon Les Rois d'Israel

    Données archéologiques sur le règne de David
     
    Concernant la personne du roi David, le seul document archéologique dont nous disposons est la Stèle de Tel Dan, découverte en 1993. Cette stèle n'est pas datée exactement, mais les archéologues lui attribuent[1]une date aux alentours de –900. Hazaël, roi de Damas, a fait graver en Araméen :
    « J'ai tué [Jo]ram fils d'[Achab] roi d'Israël, et [j'ai] tué [Ahas]yahu fils de [Joram] roi de la maison de David. Et j'ai réduit [leur ville en ruine et changé] leur terre en [désolation]. »

    La signification de l'expression "maison de David" est tout à fait claire en Archéologie : il s'agit de la dynastie royale dont "David" a été le premier roi. Le caractère historique de l'inscription étant indéniable, il n'existe pas de raison fondée sur l'Archéologie conduisant à mettre en doute l'existence du roi David. Par contre, le fait qu'aucune mention du royaume de David datant de son vivant n'ait été retrouvée, alors que les abondantes archives des pays voisin mentionnent de nombreux royaumes y compris de petites cité-États, jette un doute sérieux sur la taille du royaume de David. Cette inscription atteste aussi qu'à l'époque de l'inscription le royaume d'Israël (« la maison d'Omri » des archives assyriennes) est différent du royaume de « la maison de David ». Il n'existe aucune donnée archéologique permettant de dater le règne de David : on ne peut donc fonder d'estimation que sur le texte biblique (-1010, -970), dates qu'il faut prendre comme des ordres de grandeur plausibles, non des chiffres établis par des sources archéologiques).
    Les données archéologiques en Palestine, à l'époque du royaume de David, sont très nombreuses. Les données archéologiques sur sa capitale, Jérusalem, sont beaucoup moins riches. On estime actuellement que Jérusalem était, à cette époque, autour de –1000, un petit village sans fortifications, limité à l'emplacement que l'on appelle la « Cité de David », sans rapport avec la description biblique. D'imposantes fortifications datées de –1700 ont été retrouvées, montrant qu'à cette époque antérieure, Jérusalem était une ville de taille importante, ce qui montre que, lorsqu’une construction est importante, elle laisse des traces, même si elle est très ancienne et située en plein cœur de Jérusalem. Ce phénomène de déclin très marqué n'est pas propre à Jérusalem, il est lié à l'effondrement systémique qui marque le passage de l'âge du bronze tardif à l'âge du fer (voir : Données archéologiques sur la conquête de Canaan et Données archéologiques sur les Philistins). Il faudra attendre –700 pour constater un développement foudroyant de Jérusalem, dont l'étendue passe de six à soixante-quinze hectares en quelques décennies, et la population de 1 000 à 12 000 habitants. Ces chiffres sont estimés, notamment, à partir du relevé de la position des tombes et de leurs datations. À cette époque, le royaume d'Israël est occupé par l'Assyrie et de nombreux Israélites se réfugient au sud, dans le royaume de Juda.
    Vers –1000, la population vivant sur la partie sud des hautes terres (étendue géographique correspondant à Juda) est estimée à 5 000 habitants. Il s'agit d'une population rurale modeste. Il n'est pas vraisemblable que cette population ait pu contribuer à la formation d'une armée importante sous David. À la même époque, sur la partie nord des hautes terres (étendue géographique correspondant à Israël), la population est estimée à 40 000 habitants. La différence s'explique par une raison géographique : la partie nord est plus arrosée et située sur les voies de communication, la partie sud est plus sèche et plus difficilement accessible. À titre de comparaison, la population égyptienne est estimée à 2 800 000 personnes vers -1250.
     


    Données archéologiques sur le règne de Salomon
     
    Concernant la personne du roi Salomon, il n'existe aucune donnée archéologique. Il n'existe pas non plus de raison fondée sur l'Archéologie conduisant à mettre en doute l'existence même du roi Salomon. Pour les dates du règne de Salomon, on ne peut faire qu'une estimation à partir du texte biblique (-970, -930, avec les mêmes réserves que pour David).
    Sur l'étendue géographique correspondant à Israël (partie nord), on trouve les traces de constructions très importantes sur plusieurs sites, notamment à Samarie, Megiddo, Gézer, Hazor. Une controverse passionnée, qui n'est pas encore complètement tranchée, porte sur la datation exacte de toutes ces constructions. Une partie des constructions (à Samarie, la grande esplanade et le magnifique palais en pierre taillée par exemple) appartient clairement à la dynastie du roi Omri, royaume centralisé des Omrides (-884, -842) et ne peut en aucune manière être attribuée à Salomon. Le site de Megiddo comporte 25 strates archéologiques et couvre 7 000 ans d'histoire. Vers –1800, Megiddo est une cité-État de 2 000 habitants avec des édifices importants, des fortifications et des temples. Une très grande écurie a été trouvée à Megiddo, elle est datée –800, elle est donc sans rapport avec Salomon. La porte à triple tenaille de Megiddo est datée –800 également. Les restes les plus importants, palais et temples en pierre taillée, sont datés –900 .
    Sur l'étendue géographique correspondant à Juda (partie sud), après –900, d'imposantes citadelles sont construites à Lakish et Bet Shemesh, un centre administratif important se développe dans la vallée de Beersheba, avec une forteresse à Arad et à Tell Beersheba. Vers -800, la population totale du royaume de Juda est estimée à 35 000 habitants, celle du royaume d'Israël à 350 000. Le développement de Jérusalem, nous l'avons vu, est postérieur.
    La controverse non complètement tranchée sur les datations (voir bibliographie) est compliquée par le fait qu'un grand nombre de strates sont présentes et qu'une petite erreur de strate entraîne une grosse erreur de date. Les datations sont faites à partir du style des poteries et, maintenant, par la technique de datation au carbone 14 rendue beaucoup plus précise par une calibration spécifique et un traitement statistique. La calibration est possible si l’on trouve une strate qui est déjà datée exactement (stèle par exemple). Mais une date fournie dans la Bible seulement ne peut servir d’étalonnage puisqu’elle n’a pas été validée indépendamment. En pratiquant un nombre significatif de tests indépendants dans la même strate, on améliore la précision. Un traitement statistique permet d’estimer la fiabilité du résultat. L'extrême précision requise explique pourquoi on ne parvient pas toujours à tirer des conclusions parfaitement claires, car une petite erreur de date (100 ans) modifie radicalement les conclusions.
    Cependant, quatre remarques peuvent être faites. La première, c'est qu'il n'existe aucune donnée archéologique indiquant qu'une des grandes constructions trouvées sur l'étendue géographique correspondant à Israël ait été bâtie par Salomon effectivement. La seconde, c'est qu'il semble difficile de croire que Jérusalem aurait eu une croissance non détectée très importante à l'époque de Salomon : comment se ferait-il alors, qu'on identifie très bien une splendeur passée vers -1700 et une croissance foudroyante vers –700. La troisième, c'est que, comparativement aux agglomérations de la partie nord, la taille modeste de la capitale du royaume — la Jérusalem de l'époque de Salomon — rend paradoxale la thèse selon laquelle Salomon aurait été à la tête d'un immense royaume tel que le décrit le récit biblique. La quatrième, c’est que, si Salomon avait vraiment été à la tête d'un immense royaume tel que le décrit le récit biblique, les nombreuses archives des pays voisins n'auraient pas manqué de le dire et il est impensable qu'aucun des nombreux documents retrouvés ne contienne la moindre allusion à ce royaume.



    Le problème de l'absence d'écrit sous le règne de Salomon
     
    Ce paragraphe a pour objet de situer, par rapport aux règnes de David et Salomon, l'alphabétisation de la population de Juda et d'Israël. Le mot alphabétisation est à prendre au sens d'apprendre à lire, pas au sens d'alphabet. Sur l'introduction de l'alphabet en Juda et en Israël, voir Données archéologiques sur les premiers écrits en hébreu ancien.
    Aucune trace d'un écrit en hébreu ancien de quelque nature que ce soit n'a été retrouvée datant du royaume de David, ni du royaume de Salomon.
    Ni le calendrier de Gézer (inscription lithographique, -1000) ni l'abécédaire de Tell Zayit (-1000) ne constituent des traces attestées de l'usage de l'hébreu ancien. Une des inscriptions les plus anciennes qui ait été retrouvée est la Stèle de Tel Dan, postérieure à -1000 (son écriture dérive du phénicien).
    Le nombre d'ostraca (morceaux de matériau sur lequel on a écrit ou dessiné) trouvés en Juda augmente considérablement, de façon soudaine, à partir de -800: c'est cette soudaine croissance qui atteste, sans ambiguïté, que la population du royaume de Juda apprend à lire l'hébreu à partir de -800. Bien que, à en croire la Bible, on écrivait d'abondance à sa cour, la population de Jérusalem n'était donc, en fait, pas encore alphabétisée sous le règne de Salomon et il est logique qu'aucune trace écrite n'ait été retrouvée. Dans le royaume d'Israël, à Samarie, on a retrouvé un grand nombre d'ostraca attestant qu'il existe déjà une solide organisation bureaucratique avec un usage à grande échelle de l'écriture sous les Omrides (-900) (voir : Données archéologiques sur Omri et les Omrides). De plus, les jarres omrides de vin et d'huile d'olive portent des indications sur la provenance des produits, destinées à être lues par tous ceux qui les utilisent. L'archéologie démontre ainsi que le royaume d'Israël s'alphabétise un siècle avant le royaume de Juda.
    L'absence de toute trace d'écrit datant du royaume de Salomon, l'absence de tout contact de son royaume avec les autres royaumes voisins et le fait que la population n'y est pas encore alphabétisée, tout ceci confirme ce que les restes des constructions ont montré : il s'agit d'un petit royaume (quelques milliers d'habitants) vivant modestement de l'agriculture, sans mode de production à grande échelle, replié sur ses valeurs traditionnelles et dont la capitale est un petit village de montagne.

    Source Wikipedia

    Un site trés intérressant et les vidéos :Le roi David et Jerusalem - mythe et realite

    David et Salomon rois d'Israel P1 4

    [fichier]

    @@@200@@@200[/fichier]

    David et Salomon rois d'Israel P2 4

    [fichier]

    @@@200@@@200[/fichier]

    David et Salomon rois d'Israel P3 4

    [fichier]

    @@@200@@@200[/fichier]

    David et Salomon rois d'Israel P4 4

    [fichier]

    @@@200@@@200[/fichier]

    Archéologie: La découverte indibitable du palais du roi David relance la controverse sur les droits des Juifs sur Jérusalem  Le Roi David, biographie et descendance

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :