• Les métamorphoses du vampire

    Les métamorphoses du vampire


    La femme cependant, de sa bouche de fraise,
    En se tordant ainsi qu'un serpent sur la braise,
    Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
    Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc :
    " Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science
    De perdre au fond d'un lit l'antique conscience.
    Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
    Et fais rire les vieux du rire des enfants.
    Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
    La lune, le soleil, le ciel et les étoiles !
    Je suis, mon cher savant, si docte aux Voluptés,
    Lorsque j'étouffe un homme en mes bras redoutés,
    Ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste,
    Timide et libertine, et fragile et robuste,
    Que sur ces matelas qui se pâment d'émoi,
    Les anges impuissants se damneraient pour moi ! "


    Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
    Et que languissamment je me tournai vers elle
    Pour lui rendre un baiser d'amour, je ne vis plus
    Qu'une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus !
    Je fermai les deux yeux, dans ma froide épouvante,
    Et quand je les rouvris à la clarté vivante,
    A mes côtés, au lieu du mannequin puissant
    Qui semblait avoir fait provision de sang,
    Tremblaient confusément des débris de squelette,
    Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette
    Ou d'une enseigne, au bout d'une tringle de fer,
    Que balance le vent pendant les nuits d'hiver.
     
    Charles BAUDELAIRE (1821-1867) 
    (Recueil : Les fleurs du mal)
     
    Opale Déesse de la Nuit

    Opâle lueur de la Lune
    Éclaire de ta lumière les yeux de ma Belle
    Déesse Écarlate
    Toi qui t'abreuve du nectar de vie
    Bois en moi ta vie éternelle
    Je t'offre cette liqueur vermillon
    Toi qui vois s'écouler le temps comme un fleuve de passion
    Tu m'as appris qu'une vie c'est mille siècles
    Qu'un siècle c'est 100 ans d'Amour
    Qu'un an c'est 365 jours de patience
    Qu'un jour c'est 24 heures, dont 12 de nuit …
    …et tout autant d'absence
    Qu'une heure c'est 30 minutes de plaisir …
    Pour 30 minutes de haine
    Qu'une minute c'est 60 secondes …
    Pour regretter les mots que l'on ose dire
    Qu'une seconde c'est l'éternité …
    Lorsque tu n'es pas là
    Alors bois en moi ta vie éternelle,
    …et reste auprès de moi
    Car l'éternité n'est rien …
    Lorsque mon cœur est auprès du tien

    huoma66

    poème que j'ai apprécié lu sur le site :Poèmes | Opale Déesse de la Nuit (par huoma66)


  • Commentaires

    1
    visiteur_Lillou
    Lundi 14 Mai 2007 à 18:36
    C'est vraiment un magnifique po? qui se lit et se relit avec plaisir.
    Bisous tite Sab.
    2
    visiteur_Lyliroz
    Samedi 1er Décembre 2007 à 19:43
    salut j??uver ce blog ke je trouve simpa et je voul?ire que le po? de charles beaudelaire ki ?a n?a tir?es fleur du mal ou alor mon livre est imcompl?juste pr dire sa^^lol a+
    3
    visiteur_Black Knigh
    Samedi 1er Décembre 2007 à 20:13
    Bonsoir Lyliroz :) le po? Les m?morphoses du vampire est bien tir?es fleurs du mal .Ton livre n'est pas complet (rire) je te passe le site que Sab ( princesse De nuit) m'a envoy?u tu pourras y lire les po?s de Baudelaire:)http://poesie.webnet.fr/auteurs/baudelai.html Bon week-end
    4
    visiteur_huoma66
    Jeudi 3 Avril 2008 à 13:44
    Je suis touch?honor?? de voir mon po? publi?ur ton Blog
    Sinc?ment ?oi
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :